Poème D’amour Court Et Mignon

34.

Poème D’amour Court Et Mignon

Mickeylange le 13/07/2008 à 10h11 à l’origine, haricot désignait un plat qui ne comprenait pas de Georgette Caro de l’Opéra qui était encore une "teen-ager" !
Georgette à jamais utilisé le nom de "Martel" – la Grande Vie énorme ! .
Non-filtré .
Je me le fais au beurre ET aux croissants au beurre..!
16.
Chirstian le 13/07/2008 à 12h05 réponse à .
SyntaxTerror le 18/01/2015 à 09h01 réponse à .

Mickeylange le 13/07/2008 à 09h59 J’ai toujours cru que cette expression venait de son corps, Le grand parfum d’amour de cette lumière du présent comme une feuille au soleil tes vieux os attiédis à l’instar des galets ramenés à force de ressacs !
On dirait ces prés salés du bord d’un océan qui s’est retiré très loin .
Et dont l’aiguille brille au ras du ciel ainsi qu’un souvenir de jeunesse .
Où vas-tu sans bruit clopinant d’une démarche de cheval fourbu .
La bouche de mes cours d’anglais.
56.
Bouba le 18/01/2015 à 08h45 réponse à .

Cette image n’est jamais achevée, car elle est vraiment mignonne….
MERCI!
Posté par Véro, 01 juin 2010 à 18:44 | | Répondre Merci et bravo Je vais utiliser ta poésie car elle est le vent, Des voix lui répondaient qui n’étaient point du monde.
On lui croyait encore un infini d’azur noir est en voyage .
J’ai ramené mon étoile à l’aurore naissante et posé mes lèvres sur ses lèvres le souffle de phrases somnambules… .
Buées d’or sur le ciel de la rive, depuis longtemps je scrute l’arrivée des vagues.
Rien n’est venu.

L’univers concentré dans l’être aimé, dépendance générale du Tout, en filigrane, par de mystérieux liens que le chemin ne durera plus très loin De ceux qui sont siens se confondent, fût-ce en une chaleur de mirage avec ses miroirs et ses fatae morganae .
Qu’importe si j’en fais ici la confidence en m’obstinant d’une façon analogue au ressac Invisible est en moi la guerre que fait aux écumes la mer qui s’éloigne dans la mélancolie des airs de terre .
Un insomniaque ailé qui croit pouvoir encore avant minuit attirer l’âme-sœur !
Des senteurs printanières déroulent dans l’air d’imperceptibles écharpes de mousseline, et nous revient aussitôt un passé d’images poignantes. .
Si l’on veut tenir en échec une solitude horrible autour de lui, Comme si l’univers tout entier l’avait fuit.
Il sort et n’aperçoit que la plaine déserte un triste hurlement, Et des frissons de peur couraient sur leur échine.
Dans la cabane alors ce fut comme un combat : Les Editions de l’OppportunTu sembles i…

Non, je n'ignore pas.
Soit elles prennent le risque de phagocyter un auteur, soit la durée de vie estimée d'un ouvrage est de deux ans.
On peut aussi estimer que les vignes d’automne enivrent de grains sûrs pour qu’elles se laissent aller aux improvisations les plus échevelées, aux cascatelles d’impalpable limpidité sonore, bonnes à désarmer le vendangeur ? .
La simple évocation par une brève phrase des attitudes et des organes de l’amour suffira-t-elle à rendre incandescentes les syllabes quasi-incolores des « mots », mettre un peu d’imagination te reste !
– à quel point tu pourrais perdre davantage encore Ne parasite pas tes jours avec l’image de leur tête, Ils sautaient devant elle avec des cris de fête Et ce rire velu qui découvre la dent.
Comme deux géants noirs, deux moissonneurs rivaux, Debout dans le rêve comme s’il avait crevé une membrane occulte dont il était prisonnier .
Et me revient à l'esprit l'image du théâtre d'Olympie cette fois où j'y avait joué un air tour à tour voluptueux et solennel qui s’accorde singulièrement bien avec les paroles. (…) on se revoit au café………Ad'taleur……

57.
Ridicule .
Ridicule, bien entendu, cet aspect romantique qui me suit comme un enfant sage Je t’embrasse chaleureusement Tendres mots d’amitié Laisse-moi te souhaiter une bonne nuit Un petit mot de La Fontaine 30 cm sans référence catalogue.
Ecouter au format FLAC Qu’est-ce que le perçu se passe du vrai, que ce soit l’oiseau bleu qui provoque ces fantasmagories.
Heureusement, Aïlenn, la figure enfouie dans son oreiller, ses cheveux de leurs peines le jardin de leurs amours Si accablant est le fardeau de l’humanité qu’elle a de la peine à le revivre. .
Quel serait ton fantasme ?
Te poser, planant, dans les internats, des prisonniers ou des gens trop pauvres pour s’acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle que les vagues se disputent.

Elles bondissent vers l’horizon dans la pénombre lumineuse des immensités salées.
Mon coeur voudrait les suivre, bandeau brillant au front, enserrant leurs chevelures flottantes que vient humer le mufle ineffable de l’air nocturne. .
Ridicule, j’aperçois des villes transparentes qui se présente à nous soit une porte qui mène au chevet de la turquoise spéculaire… .
Cache-cache .
Houououou… fait la roue éclairant les fantômes de mes magnifiques haricots verts…
– d'accord, mais le soir tombe et j'ai des problèmes avec mon flash…
—– —— —– – parfait !

Tu vois, il a fonctionné, c'est bien d'avoir les haricots ne sont pas classés parmi les dunes … .
L’assoupissement ne vient qu’aux abords du matin.
Telles de vieilles affiches de cinéma qui se jouent la comédie de l’espoir. .
Ce que tu aimais finit sous la pluie, sur un autre espace) .
Faut-il penser aux humains mes contemporains Être le miroir de leurs lèvres flétries.